6. Les activités de presse subséquentes


Après les faits, bilans et témoignages, les médias se tournent vers de nouvelles questions : causes, responsabilités apparentes, leçons apprises (ou non) d’événements comparables dans le passé, qualité de l’intervention, prochaines étapes… Pour la municipalité, les sujets à l’avant-plan deviennent sa gestion de l’événement, la qualité des services, le soutien aux personnes sinistrées et, déjà, les mesures prises pour revenir à la normale.

Dans son discours, la municipalité doit sortir progressivement de l’état de crise, évoquer des actions, se projeter dans l’avenir. Une façon de faire judicieuse consiste à partager systématiquement davantage de « bonnes nouvelles » que de « mauvaises nouvelles » : souligner, par exemple, le soutien fort de la communauté, l’importance de l’aide reçue, les premiers retours au domicile à la suite de l’évacuation, les progrès dans le nettoyage des lieux du sinistre, la réduction du périmètre de sécurité, la réouverture de rues et de commerces…


Vos objectifs...

    • Faites connaître l’état de la situation, le bilan;
    • Présentez les étapes du processus d’enquête sur les causes de l’événement;
    • Faites connaître l’étendue des interventions réalisées (nombre de premiers répondants déployés, d’employés municipaux donnant des services aux sinistrés, de partenaires gouvernementaux et humanitaires présents sur les lieux, de repas distribués, etc.);
    • Rappelez les consignes et les recommandations en vigueur ainsi que les sources d’information disponibles;
    • Faites connaître les programmes et les services d’aide mis en place, par exemple, les services de soutien psychosocial, d’aide financière ou d’hébergement temporaire. Ce volet des programmes et services va progressivement supplanter les autres.

Les moyens de diffusion :

    • Points de presse réguliers;
    • Sites Web de la municipalité;
    • Comptes officiels dans les médias sociaux;​
    • Rencontre avec la population (séance d’information), particulièrement pour promouvoir des programmes et des services d’aide. Il est peu recommandé d’autoriser les médias à participer à ces rencontres, car leur présence peut gêner ou irriter les citoyens, ou encore biaiser les interventions. Par contre, rien n’empêche qu’ils prennent des images en début de rencontre. Il est également utile qu’un porte-parole de la municipalité soit disponible pour les médias à la sortie de la séance. Par ailleurs, il est bon de préciser aux citoyens, en cours de rencontre, les options suivantes s’ils sont sollicités par les médias en quête de commentaires à la sortie :
        1. Accepter l’entrevue en sachant que les propos, les images et le son de l’entrevue deviennent la propriété du média et sont utilisés à sa discrétion.
        2. Accepter l’entrevue en y posant des conditions, par exemple interdire d’être nommé ou reconnaissable de quelque façon que ce soit.
        3. Refuser poliment l’entrevue.

Rencontre d'information.jpg
​​​​

Médias sociaux

Page Twitter d’Urgence Québec

Page Facebook d’Urgence Québec

Publications Facebook